Derniers sujets
» La fin du forum BDEA ?
Dim 12 Nov 2017 - 0:54 par matt83

» Sychriscar, parcours et évolution
Ven 14 Juil 2017 - 20:18 par Sychriscar

» L'évolution du forum BDEA (et pourquoi il risque de fermer)
Ven 14 Juil 2017 - 20:04 par Sychriscar

» Mais ou sont passés tous les membres ?
Ven 14 Juil 2017 - 17:35 par Sychriscar

» Femelle guppy gravide ?
Jeu 13 Juil 2017 - 21:24 par Toutiz

» GROS PROBLEME !
Lun 10 Juil 2017 - 17:25 par manu35000

» Rénovation de mon aquarium !
Dim 9 Juil 2017 - 19:35 par manu35000

» Aquariophilie, le retour !
Dim 2 Juil 2017 - 18:12 par Falhanör

» Plante à identifier
Mar 27 Juin 2017 - 13:10 par orkys

» ARNAQUE INTERNET
Sam 3 Juin 2017 - 11:39 par orkys

»  [Présentation] White Water, african river
Mar 30 Mai 2017 - 20:02 par cristobool

» CUVE AQUARIUM 120 l + MEUBLE A RESTAURER
Dim 21 Mai 2017 - 15:39 par orkys

» J'ai craqué pour un 300 l !!!!
Dim 21 Mai 2017 - 14:02 par orkys

» [Présentation] Asteria, sleeping forest
Sam 20 Mai 2017 - 20:45 par L-san

» Mise en route aquarium 50L
Lun 15 Mai 2017 - 19:45 par Kariibou

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 8 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 8 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 218 le Ven 6 Déc 2013 - 6:44
Statistiques
Nous avons 4765 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Falhanör

Nos membres ont posté un total de 200804 messages dans 12281 sujets

[SOCIETE] Les dérives de l'élevage en aquariophilie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[SOCIETE] Les dérives de l'élevage en aquariophilie

Message par Sychriscar le Sam 23 Oct 2010 - 14:33


L'aquarium moderne est de plus en plus autonome et les connaissances actuelles en éthologie, sur les comportements, le milieu naturel, etc. font que justement, on parvient de plus en plus à proposer aux poissons un environnement captif correct, même quand on fait un sauvetage d'animaux aquatiques pour la première fois.

Or le problème qui va rapidement se poser, c'est le 'choix' des animaux. Le premier réflexe en général c'est de se balader en animalerie pour découvrir ce qui existe. Mais les animaux aquatiques (poissons, invertébrés, amphibiens etc., inclus) sont-ils des décorations, des objets que l'on peut choisir selon nos goûts, nos envies, selon un esthétisme subjectif ? Logiquement non.
Mais le système actuel encourage vraiment à réfléchir de cette manière et à ne jamais considérer les animaux comme des individus à part entière souhaitant vivre leur vie et libres de préférence.

On pourrait se dire que l'aquariophilie a malgré tout de bons côtés, comme par exemple celui de protéger les poissons des dangers du milieu naturel et qu'ils seraient plus à l'abri en aquarium. Mais l'humanité a la fâcheuse tendance à se croire indispensable. Et si nous réfléchissions à des solutions pour ne plus détruire là où vivent les poissons, n'y seraient-ils pas mieux pour vivre leur vie de poissons plutôt que de finir entre 4 vitres à l'autre bout du monde ?
Enfin qui sommes-nous pour décider à leur place de ce qui sera le mieux pour eux ? Il nous est impossible d'avoir leur consentement, on ne peut que supposer. Or affirmer le bonheur d'un individu sous prétexte qu'il est en vie, bouge et mange n'est pas suffisant, encore moins s'il est en captivité.

Aussi bien traités soient-ils et aussi grand soit l'aquarium cela reste un enfermement, et cela ne doit jamais être oublié.

Pour aller plus loin :
Adoptions sur le forum BDEA
Où trouver un poisson?
Est-ce que mes poissons sont heureux dans mon aquarium?


En parcourant internet et les forums, on se rend compte qu'il existe des formes de poissons créées volontairement par l'homme uniquement pour être vendues. En général, ces poissons n'existent pas dans la nature. Ils souffrent, vivent peu de temps, subissent des attaques avant d'arriver chez nous et en subiront sûrement à nouveau chez nous vu leur handicap.

Leur vie est médiocre : si certaines malformations ou déformations existent en milieu naturel, elles ne sont pas favorisées car plus fragiles, inadaptées au milieu, ne permettant pas une bonne adaptation de l'espèce et risquant d'affaiblir les générations futures. On pourrait dire que la nature réfléchie à long terme pour faire perdurer une espèce. Tandis que les humains les favorisent parce qu'ils en ont envie, par plaisir et par profit.


Ne jamais se cacher la réalité, la souffrance derrière ces élevages, ces malformations, est réelle. On parle de poissons qui se retrouvent avec des nageoires surdimensionnées, des yeux sortant de la tête, développant des excroissances anormales, des déformations ou colorés par bains chimiques. La fragilisation et le nombre de poissons qui décèdent suite à ces manipulations est effrayant.

Il existe aussi des poissons génétiquement modifiés, mais ils sont plus rares et la législation européenne est plus restrictive. La majorité des poissons « difformes » viennent d'une sélection intense basée sur un handicap.

Sans oublier que la sélection de base, même sans gêner l'animal dans sa vie de tous les jours, peut tellement transformer l'individu qu'on se rapproche du "phénomène de foire". Idéal pour vendre et très pratique pour oublier que c'est un animal vivant et non une décoration ! Le stress et la fragilisation qui en découlent sont peu assumés par les humains, normal car sinon, tout le monde refuserait ces pratiques.


La sélection en général

La sélection en aquariophilie implique que l'éleveur choisisse des individus qu'il veut reproduire ensemble sur des critères spécifiques (souvent esthétiques). A force de choisir les individus gardant d'une génération à l'autre ces critères de sélection (avec suppression des individus n'ayant pas ces critères) ils parviennent à les fixer : longueur des nageoires, couleur peu commune, forme du corps, etc.

La consanguinité (reproduction d'individus apparentés) est très utilisée. Souvent ces caractéristiques ne sont pas favorisée dans la nature, ce sont les individus les plus aptes à survivre et les plus résistants qui se reproduisent. Les individus plus fragiles (nage plus lente, difficulté à se camoufler, malformation, etc.) ne sont pas majoritaire en milieu nature, ils sont rares et se reproduise peu.

Que penser par exemple des Discus aux formes fluos face aux Discus « d'origine » ? On pourrait se dire, mais ça fait rien au poisson, c'est juste sa couleur, ça ne l'empêche pas de vivre tranquille.

Voici des Discus sauvages :


Comparons avec ces individus :


On obtient des poissons très colorés voire fluos. Il faut savoir que le Discus se camoufle dans les branchages, feuillage et profite de l'eau sombre et de sa couleur pour rester discret.
Un Discus orange fluo aura-t-il vraiment une existence paisible et tranquille ? A-t-il conscience de sa couleur et des difficultés qu'il a par exemple à se camoufler si besoin ? Ne risque-t-il pas d'être davantage malmené, d'être plus sensible au stress, à la fragilisation ? Et bien si, sans parler de l'altération des réflexes et des comportements à force de sélection et vie captive.

Penser d'abord aux poissons est fondamental et devrait toujours être le premier réflexe.

Scalaires issus de sélection :


Si un poisson a naturellement telle forme ou telle couleur, ce n'est pas un hasard. Cela provient d'une adaptation au milieu, d'une survie qui existe depuis des milliers d'années. Certaines couleurs ou lignes sont très utiles pour se camoufler, pour effrayer ou intimider par exemple. Les nageoires sont caractéristiques de la vitesse du poisson, de sa façon de parader lors des combats ou des amours, etc. Comment peut-on sincèrement croire que nous avons le droit de modifier ces poissons juste parce que ça nous plaît ou pour faire du profit ? Notre rapport à l'animal en tant qu'individu est donc bien déjà ambigu dès le départ.

A force de croisements, le comportement peut être altéré, jusqu'à mettre l'intégrité des individus en jeu, le poisson vit parfois moins longtemps. Sans oublier la consanguinité et les problèmes éthiques liés.


Les formes voilées

Il existe des poissons naturellement « voilés » dans la nature (Macropode, Poecilia velifera, etc.). Mais on favorise des individus aux nageoires démesurées qui ne les supportent pas, les risques sont alors nombreux :
- blessures (attaque par d'autres poissons, accrochage aux décors)
- infections (liée aux blessures)
- malformations (le corps n'étant pas adapté au poids des nageoires, il se tord)
- mort prématurée (sans compter les risques précédents, la nage sera plus lente, le poisson aura plus de mal à fuir)

Quelques formes voilées non naturelles

Mikrogeophagus ramirezi naturel - sélectionné


Gymnocorymbus ternetzi naturel - sélectionné


Paracheirodon innesi naturel - sélectionné


Pterophyllum scalare naturel - sélectionné


Danio naturel - sélectionné



Le cas du Guppy (Poecilia reticulata) est délicat. Le Guppy 'normal' est peu coloré et n'est pas voilé. Les grandes nageoires handicapantes où le corps tombe vers le bas, entraîné par la nageoire caudale si lourde ne doivent jamais être favorisées, la souffrance du poisson est encore une fois bien réelle :

Guppy sauvage


Guppy sélectionné et Guppy handicapé par sa longue caudale



Les albinos et la forme xanthochromique

Naturel, l'albinisme n'en reste pas moins rare. C'est sa particularité d'être rare. Un albinos peut se glisser parmi un groupe à la rigueur. Mais un groupe d'albinos ça n'existe pas. Trop visibles, ces poissons sont des proies faciles. Au comportement parfois bizarre à cause de la consanguinité, leur maintenance n'est pas toujours évidente et leur récupération doit être adaptée.
Quasiment toutes les espèces ont le gène albinos mais étant donné qu'il est rare, la sélection est basée sur la consanguinité, provoquant des souffrances et une manipulation inutile des poissons. Surtout qu'on trouve de plus en plus d'albinos colorés de bleu ou de rose par injection ou bain chimique « pour faire joli » donc donner envie, donc faire acheter pour générer du profit sur des êtres vivants. Jusqu'où ira-t-on ?

On différencie les poissons albinos des formes xanthochromiques qui ont une dominante claire mais pas les yeux rouges. Mais je n'affirmerai pas qu'il n'y a pas de sélection là-dessous, voir annexe par Fraf.

Les espèces dont on favorise le gène albinos :

Corydoras, souvent paleatus ou aeneus (naturel - sélectionné)


Ancistrus naturel - sélectionné


Existent aussi :
Guppy (Poecilia reticulata)


Guppy sauvage pour comparaison


Mikrogeophagus ramirezi naturel - sélectionné


Labeo naturel - sélectionné



Les colorations artificielles

Elles rendent le poisson fragile, plus sensible aux maladies, leur comportement s'en trouve altéré ainsi que leur qualité de vie. Forcés aux antibiotiques, parfois aux colorants ou à la nourriture renforcée aux colorants, ces poissons vivent peu de temps en ayant eu une vie misérable. Le nombre de décès durant les manipulations est impressionnant. Sachant que la couleur ne dure pas toujours selon la méthode employée, preuve que c'est bien une manipulation pour créer de l'attirance sur un animal « original » pour qu'il soit acheté et générer un profit.

La coloration peut être obtenue par sélection et renforcée aux colorants dans la nourriture ou par complément. Elle peut être obtenu par bains chimiques qui soulèvent les écailles et fixe la couleur (soit disant). Ou par injection directement sous la peau.

On trouve ces manipulations principalement chez les espèces suivantes :

Colisa lalia naturel - sélectionné


Colisa chuna, mais il est probable que les rouges ce soit des Colisa labiosa,


Colisa chuna et Colisa labiosa naturels


On créé aussi des poissons moins coloré, obtenu avec tout autant de sélection et de fragilisation comme le "Néon diamant" (naturel à gauche) :


La sélection permet de fixer des « tares » de couleurs rare dans la nature comme les Barbus verts qui existent naturellement mais non favorisés dans la nature (naturel à gauche) :


La victime d'injections de colorant la plus connue est Parambassis ranga (Chanda ranga). Il arbore des lignes colorées sur le ventre et/ou le long du dos, rose, bleu, violet, vert ou marron. L'injection est douloureuse, stressante, fragilisante (mortelle pour une partie) et la couleur ne dure pas.
C'est un poisson pouvant mesurer 7/8 cm de long, qui peut vivre en eau douce mais qui vit mieux en eau saumâtre. C’est d’ailleurs pour ça que certains fournisseurs et des animaleries rajoutent du sel dans les bacs de maintenance, car ils le supporte et ça permet de retarder l'apparition de maladie. Le transport, l'acclimatation puis la vie dans des conditions totalement inadaptées à ses besoins renforcent sa fragilisation et réduit considérablement sa qualité de vie et son espérance de vie.
Son sauvetage doit être adapté à ses particularités (eau saumâtre, grande taille, social, timide, fragile, etc.).



Le Danio rose peut-être injecté. Quand il s'agit de modification génétique on parle de « Glo-fish ». Le Danio est la principale victime de cette manipulation mais d'autres espèces sont concernées. A l'origine ces poissons n'étaient pas destinés à l'aquariophilie mais pour être des détecteurs de pollution. Précisons que les variétés d'élevage du Danio rerio est classé parmi les animaux domestiques et qu'il est l'un des poissons de laboratoire les plus torturés.
L'Union européenne interdit l'importation, la vente et la possession de ces poissons. Si vous en voyez, prévenez la DDPP du département. Étant donné qu'il est illégal de les maintenir en captivité, leur sauvetage est fortement compromis. :


Danio naturel


Il ne faut jamais relâcher et continuer de se battre. Des actes forts qui auront des conséquences en informant autour de soi étant de boycotter les animaleries, de refuser d'acheter les êtres vivants et d'éduquer. Parlez-en à votre entourage, informez les gens de la réalité.


L'hybridation

Les hybrides sont des croisements entre variétés, sous espèces, espèces ou genres différents. Ils arrivent parfois en milieu naturel, ils donnent souvent des individus stériles.

L'exemple artificiel le plus connu est celui du Red parrot. Il a été créé par l'être humain qui a croisé 2 espèces qui ne se seraient jamais reproduit ensemble :


Difforme, il a une nage saccadée et un comportement imprévisible : c'est un prédateur herbivore à tendance omnivore (il mange tout ce qui rentre dans sa bouche) qui peut vivre plus de 10 ans. Sensible et coloré artificiellement par bains chimiques, sa bouche ne peut se fermer totalement. Il peut tuer sans raison, même des poissons plus gros que lui. Son sauvetage est délicat et nécessite d'être adapté et préparé.


Les formes ballon

La sélection d'une malformation. Certains poissons naissent avec la colonne déformée et un gros ventre. Une tare qui empêche le poisson de vivre normalement, il nage difficilement. Pour certaines espèces, l'accouchement de la femelle ballon est mortel. Ces formes sont favorisées dans un but esthétique et de profit...

Poecila sphenops, Molly sans déformation et Molly ballon


Xiphophorus maculatus, Platy sans déformation et Platy ballon


Mikrogeophagus ramirezi, Ramirezi sans déformation et Ramirezi ballon



Les formes handicapées du poisson rouge

Domestiqué depuis si longtemps, sa sélection fait partie de la normalité... Son intégrité en tant qu'animal vivant n'existe plus. A croire que le poisson rouge fait partie des meubles.

Carassius auratus c'est lui :


Les sélections les rendent fragiles, un rien peut l'achever : problèmes de vessie natatoire, explosion des poches sous les yeux, nage saccadée, difficultés à nager, à manger, à fuir.

Quelques variétés très fragiles :






Ces formes n'ont pas une vie décente mais en cas de récupération, prévoyez de leur préparer un aquarium spacieux (250 litres minimum) bien filtré. Ces poissons ne peuvent vivre en bassin extérieur où ils risqueraient d'être dominés, de ne pas réussir à se nourrir ou de se blesser.


Les formes du Combattant (Betta splendens)

Le problème des nageoires est sujet à controverse, particulièrement chez le poisson rouge mais aussi chez leBetta splendens.

Voici un Betta splendens "normal" :


On est parfois obligé de faire vivre les Betta mâles dans des bacs de faibles volumes à cause de leurs voiles encombrantes qui les empêchent de nager facilement : ils ont besoin de se poser, d'un faible courant, et les autres poissons peuvent les empêcher de se nourrir ou abîmer leurs voiles.
On oublie encore et toujours qu'il s'agit d'un être vivant sensible qui n'a sûrement pas envie, et surtout pas besoin d'être sélectionné, quelque soit la raison.

Quelques exemples qui prouvent que le poisson n'est plus considéré comme un être vivant mais comme une déco qu'on ajuste, colore, dont on dispose comme on veut puisqu'on peut le faire et que ça rapporte de l'argent :







Comment lutter contre ces dérives ? Votre action personnelle en tant que consommateur a un impact, croyez-moi. Boycottez les animaleries et les fournisseurs. Déjà parce qu'en alimentant le système, vous contribuez directement ou indirectement à favoriser les élevages, la sélection et la vente. A chaque achat d'être vivant, vous prouvez votre accord avec le non respect de l'intégrité de l'animal en refusant son individualité, son droit de disposer de lui-même et d'être respect en tant que tel.

Refusez d'acheter des animaux, parlez-en autour de vous, expliquez les dérives, les effets et le système actuel, l'impact est devient réel et concret. Parlez-en autour de vous, ne laissez jamais un animal en détresse sans au moins essayer d'intervenir, que ce soit par l'action ou l'éducation des gens.

Enfin, qui dit sauver un poisson ne dit pas de le faire absolument et encore moins sans préparation. Boycottez quoi qu'il arrive les animaleries, il est très courant que celles-ci proposent des poissons dans des états déplorables (volontairement ou pas). Acheter le poisson en croyant le sauver c'est encourager le système : ça indique que les animaux peuvent être achetés, cela permet aux animaleries de continuer d'exister et que c'est en plus un bon plan de maltraiter les animaux puisque cela attendri et permet de faire du chiffre. Le poisson 'sauvé' par l’achat sera remplacé par d'autres et ainsi de suite.

Favorisez les poissons déjà chez les gens, ceux qui souffrent et qui ont besoin d'un meilleur foyer. Si vous avez la possibilité et les moyens de leur offrir ce dont ils ont besoin, sauvez-les.

Et n'oubliez pas nos fiches pour en savoir plus et vous aider dans votre argumentaire si besoin :
Adoptions sur le forum BDEA
Où trouver un poisson?
Est-ce que mes poissons sont heureux dans mon aquarium?

_______________________________________________
Ma chaine YouTube et pour en discuter sur le forum

Le forum est sur Facebook
avatar
Sychriscar
Administratrice
Administratrice

Féminin
Nombre de messages : 10679
Age : 32
Localisation : Ile-de-France
Emploi : Blogueuse/YouTubeuse
Date d'inscription : 21/06/2007

https://www.youtube.com/user/Sychriscar

Revenir en haut Aller en bas

Re: [SOCIETE] Les dérives de l'élevage en aquariophilie

Message par Sychriscar le Dim 2 Nov 2014 - 13:18

Annexe par Fraf

Sinon, Sychriscar, le terme que tu cherchais, c'est "xanthochromique"; c'est assez compliqué, mais, en gros, il s'agit d'une forme d'albinisme atténué.

Je précise quand même que le Danio rouge est, de plus, interdit en France (on aimerait que ce soit le cas pour beaucoup d'autres, mais bon...). Par conséquent, il est interdit de les vendre et de les acheter.

Si vous en trouvez en animalerie, signalez-le à la DDPP de votre région clin

Un peu en vrac :

"Flower Horn" (hybride):


Sinon, le "poisson" rouge, est, en soi, déjà une variété sélectionnée, une forme plus proche du sauvage :


Pour la petite histoire, le poisson rouge est le poisson domestiqué depuis le plus longtemps, environ mille ans. A l'époque, ils n'étaient pas maintenus dans des aquariums en verre, mais dans des jarres en céramique et les variétés étaient sélectionnées pour être observées de dessus : grandes voiles, gros yeux, si possibles tournés vers le ciel...

Les autres espèces domestiquées depuis très longtemps sont la carpe et le combattant...


Une carpe sauvage et une Koi Asagi (je vous assure que c'est bel et bien la même espèce!) :shock:

_______________________________________________
Ma chaine YouTube et pour en discuter sur le forum

Le forum est sur Facebook
avatar
Sychriscar
Administratrice
Administratrice

Féminin
Nombre de messages : 10679
Age : 32
Localisation : Ile-de-France
Emploi : Blogueuse/YouTubeuse
Date d'inscription : 21/06/2007

https://www.youtube.com/user/Sychriscar

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum